Pourquoi a-t-on du mal à comprendre l’asexualité ?

Le texte qui suit est extrait d’une interview de David Jay (le fondateur de AVEN) menée par un chercheur anglais du nom de Mark Carrigan. Vous pouvez l’écouter en entière et en anglais à cet endroit.

Mark Carrigan : Un certain nombre de personnes n’arrivent pas à comprendre l’asexualité sur un plan intellectuel. Est-ce un problème ? Comment le régler ?

David Jay : Oui, je pense que c’est un problème. Je pense que c’est un problème qui est lié -et c’est peut-être trop schématique- à la manière dont les gens conçoivent l’intimité et les relations intimes.
Souvent, quand les gens ont du mal à comprendre ou à accepter l’asexualité, c’est à cause de ce qu’ils mettent derrière le terme « asexualité ». Quand ils entendent ce mot, ils pensent : « Voilà quelqu’un qui ne peut pas être lié avec les autres, voilà quelqu’un qui n’a pas le désir de de se lier avec les autres ou même le désir de d’être en lien avec soi-même. C’est quelqu’un de fondamentalement isolé, d’une manière qui peut me faire pitié. C’est quelqu’un qui ne peut pas accéder à toutes les choses qui sont importantes, c’est-à-dire une connexion profonde avec moi-même et les autres. »

Et évidemment, quand une personne entend cela derrière le mot « asexuel-le », je pense que c’est dur pour elle de nous accepter et de nous prendre au sérieux…

Advertisements

Une réflexion sur “Pourquoi a-t-on du mal à comprendre l’asexualité ?

  1. À mon sens, il s agit aussi de peur de la différence. (On voit ça pour la peinture abstraite, ça fait peur car ça ne représente rien de déjà connu, ce sont des émotions misent en couleurs, c est identitaire surtout.) Ce qui fait peur, c est l identité. Si les sacro saintes traditions sont un tant soit peu bousculées, genre la famille, le couple, la propriété, l apparence, c est la panique pour beaucoup.
    Il faut être dans un schéma établit depuis à en croire les écritures, depuis la nuit des temps.
    L isolement mis en place pour les personnes asexuelles, et-ou déviantes par rapport au schéma « culte » n est pas un leurre.
    Je pense à ces hommes et femmes qui, toute leur vie luttent pour le droit d être reconnus dans ce qu ils sont, au besoin d être libre et refusent le d être sous le joug d une dictature anti-liberte.
    Ça coûte cher d être soi-même, ça va jusqu’à la tutelle abusive, très à la mode en ces dernières années. L exemple de Camille Claudel est pourtant énorme, rien n à changé.
    Car bien que sexuelle, elle a désobéit : en sculptant de manière identitaire elle bafouait l ordre établit.

    Pour ma part, je pense que nous sommes dans une immense paranoïa, qui se décuple en ces moments de crise mondiale.

    La peur de l identité, de la différence, c est quelque chose !
    On préfère l Entité à l identité.

    L inconscient collectif, divise au bout d un temps…perdu ou pas, ça, c est à voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s