Le 26 avril, c’est la journée de l’asexualité

Nous organisons pour la première fois le 26 avril une « Journée de l’asexualité » avec AVA. Je vous mets à la suite le court texte que nous avons écrit pour présenter la journée. Si vous voulez apporter votre contribution : allez voir par ici.

 

Cette année, AVA organise pour la première fois une « journée de l’asexualité » le 26 avril. Une journée de l’asexualité, c’est une occasion unique pour se faire entendre. Face au silence qui règne 364 jours par an, nous avons décidé de créer notre propre journée. Une journée pendant laquelle notre parole nous appartient.

La journée de l’asexualité : qu’est-ce que c’est ?

Cette journée, c’est d’abord un événement ouvert à toutes et à tous. Nous voulons faire entendre toutes les voix de l’asexualité. C’est la journée de toutes les asexualités. Peu importe votre genre, peu importe votre rapport au sexe, peu importe que vous soyez aromantique ou romantique, peu importe que vous soyez A, hypo ou demi, peu importe que vous aimiez les tartes ou les gâteaux : si l’asexualité vous convient, cette journée vous convient.

Mais ce n’est pas tout. Cette journée, c’est aussi un porte-voix. Un moyen pour se faire entendre. En effet, il arrive que l’asexualité soit réduite au « ridicule » ou au « sensationnel ». Notre parole est souvent confisquée au profit de celle d’un « expert » plus ou moins bienveillant. Il arrive que l’on parle de nous, mais très rarement avec nous. Animer une journée de l’asexualité, c’est s’assurer qu’il y a au moins un jour par an pendant lequel notre parole est prise en compte.

 

La journée de l’asexualité : pourquoi et comment participer ?

Créer une « journée de l’asexualité », c’est aussi rappeler que l’asexualité n’a rien de honteux. Il n’y a rien à cacher dans l’asexualité. De notre côté, nous sommes fermement convaincu-es que l’asexualité fait partie de la diversité des sexualités humaines et qu’il est bien plus profitable de reconnaître sa richesse que de nier son existence, sa légitimité ou sa valeur. Pour le dire en un mot : une journée de l’asexualité, c’est aussi une journée d’affirmation de l’asexualité.

Et cette affirmation peut prendre mille formes. On peut publier un simple statut Facebook. On peut mentionner l’asexualité sur son blog. On peut porter un t-shirt noir et mauve. On peut parler d’asexualité à des ami-e-s. Ou on peut tout simplement se faire plaisir avec une part de gâteau !

On peut aussi contribuer au site principal de la journée en envoyant un témoignage, un texte, une photo, un dessin, une image, un poème ou même une simple phrase à l’adresse : ava point asexualite at gmail point com

 

La journée de l’asexualité : quelles en sont les valeurs ?

Cette journée s’inscrit dans un cadre plus large : celui du respect dû à la diversité des sexualités humaines. Pour nous, le rapport que chacune et chacun entretient avec la sexualité est valide et normal à partir du moment où il ne fait de mal à personne.

Ainsi, l’attirance —sexuelle ou romantique— peut prendre de multiples formes. On peut être attiré par un genre, par plusieurs genres ou par aucun. La même remarque s’applique aux identités et aux expressions de genre. Elles sont diverses et elles doivent être toutes respectées de la même façon.

Advertisements

2 réflexions sur “Le 26 avril, c’est la journée de l’asexualité

  1. Parfait, tout cela, excellente idée, il faut saisir toutes les occasions de développer notre visibilité.
    Le silence ne règne-t-il pas plutôt 364 jours par an ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s