L’article de Sexpress : Qu’est-ce que l’asexualité ?

A l’occasion de la sortie de son dictionnaire –Sex Libris– Camille m’a invité à écrire un article sur Sexpress pour poursuivre la discussion sur l’entrée « asexualité ». J’ai proposé ce texte-là que vous pouvez aussi lire sur le site de l’Express.

« Vacances pluvieuses, amours torrides » – flickr/Easy très rider

La plupart d’entre vous en ont déjà entendu parler. L’asexualité, ça vous dit quelque chose. C’est resté quelque part dans votre tête entre l’heure qu’il faisait hier à la même heure et le prix des petits pains au chocolat. Mais ce n’est pas si précis que ça et au fond, vous ne savez pas trop quoi en penser. Peut-être que vous vous demandez, comme Maïa Mazurette, si les asexuel-les ne sont pas en fait des « gros losers gluants » ? A moins que vous ne soyez tombés d’accord avec Agnès Giard qui semble bien s’amuser quand elle nous compare à des « thons morts » ? D’une manière générale, si quand vous entendez le mot « asexualité » vous pensez à la reproduction des escargots, à des bonnes sœurs ou à vos problèmes de couple : cet article est fait pour vous. Dans le cas contraire, lisez-le quand même.


L’asexualité, comment ça s’attrape ?

Attention définition : une personne asexuelle est une personne qui ne ressent pas d’attirance sexuelle. Une personne qui ne ressent pas de désir sexuel. Je ne ressens pas, à l’intérieur de moi, le désir d’impliquer la sexualité dans mes relations avec les autres. Et d’ailleurs ce n’est pas si dur à comprendre. Les personnes qui ont du désir pour tout le monde sont rares. Au contraire, la plupart des gens se rendent compte qu’il y a certaines personnes qui ne les attirent pas sexuellement. Eh bien c’est pareil pour moi : mais ça inclut tout le monde. Clair ?

« Ah, mais c’est la même chose que… »

Probablement pas. D’abord, l’asexualité ce n’est pas la même chose que l’abstinence. Il n’y a rien de mal dans le fait d’être abstinent, mais ce n’est pas l’asexualité. L’abstinence est un choix. Les personnes qui sont abstinentes font le choix de ne pas pratiquer la sexualité pour des raisons personnelles ou culturelles. Être asexuel-le n’est pas un choix. Ce n’est pas moi qui contrôle si je ressens du désir ou non. Et ce n’est pas non plus comme avoir peur du sexe. Deux chercheuses américaines(1) ont d’ailleurs évalué la pruderie des personnes asexuelles et elles se sont rendues compte qu’elles n’étaient pas plus inhibées que les autres. Ce n’est pas non plus une pathologie(2) ou la conséquence d’un trauma. Et surtout, ce n’est pas la même chose que de juger ou critiquer la sexualité des autres. Cela n’a strictement rien à voir. Qu’on soit bien clair sur ce sujet : vive le sexe. Chacun devrait pouvoir avoir tout le sexe qu’il veut, du moment que c’est consensuel. C’est dit !

Le cœur de la question

Puisqu’il ne faut pas hésiter à dire les choses même les plus évidentes, je n’hésite pas : les personnes qui s’identifient comme asexuelles ont des sentiments. Ne pas avoir de d’attirance sexuelle ne signifie PAS que l’on veut vivre seul toute sa vie, que l’on n’est pas capable d’aimer ou que l’on n’a pas besoin que quelqu’un prenne soin de nous. Les personnes asexuelles ont exactement les mêmes besoins que tout le monde. Sérieusement, vous vous attendiez à quoi ? Beaucoup de personnes asexuelles ont d’ailleurs ce qu’on appelle une « orientation romantique ». Elles veulent former des relations romantiques avec des hommes, ou avec des femmes, ou avec des femmes et des hommes, ou avec tout un ensemble de genres différents. Donc on peut être asexuel-le et gay, asexuel-le et bi, asexuel-le et hétéro, etc. Il y a même des asexuel-les « aromantiques », qui eux ne tombent pas amoureux.

Cinquante nuances d’asexualité

En fait, il y a tellement de diversité chez les personnes asexuelles que si je vous expliquais tout d’un coup, ça vous ferait sans doute exploser le cerveau. Mais comme c’est très important pour moi, je vais quand même vous en livrer un petit aperçu. J’ai déjà dit que certains parmi nous avaient des relations romantiques. Mais certains n’en n’ont pas ou n’en veulent pas. D’autres sont aussi polyamoureux, mais pas tous. Et ce n’est pas fini. Il y a aussi ceux qui se masturbent et ceux qui ne se masturbent pas. Certaines personnes asexuelles ont d’ailleurs des relations sexuelles même si elles n’ont pas le désir qui va avec. Et il y en a qui s’identifient comme lesbiennes ou gays en plus d’être asexuelles tandis que d’autres non. Parmi nous, il y a des hommes, des femmes et des personnes qui ne sentent ni des hommes ni des femmes et ceci peu importe le genre qu’on leur a donné à la naissance. Je m’arrête là, mais je suis loin d’avoir fait le tour. Il y a mille nuances d’asexualité. Et pour tout vous dire : on trouve ça formidable !

Pourquoi parler de l’asexualité ?

Je vous fais la réponse courte : être asexuel-le n’est pas une sinécure. Dans un monde où le sexe est considéré comme essentiel pour être une « vraie » personne, beaucoup de personnes asexuelles ont honte de leur situation, elles ont le sentiment « d’avoir un problème », de ne pas être « normales ». D’autres ont le sentiment de subir une solitude qu’elles n’ont pas choisie, qui leur pèse et dont elles ne savent pas comment sortir. D’autres encore s’enferment dans des relations de couple malheureuses pour essayer à tout prix d’être « normales ». Sensibiliser le public à l’asexualité, c’est avoir la chance de dire : vous n’êtes pas seuls. Vos sentiments et votre vécu n’ont rien de honteux. Mais aussi : l’asexualité est une orientation sexuelle, ce n’est pas quelque chose qui se traite ou qui se soigne. Enfin, plus l’asexualité sera connue, plus il sera facile pour les personnes asexuelles de se retrouver, de créer des liens, d’obtenir du réconfort et du soutien. Et finalement, c’est le plus important.

(1) Prause, Nicole; Cynthia A. Graham (Août 2004). « Asexuality: Classification and Characterization ». Archives of Sexual Behavior 36
(2) Brotto, Lori (2010). « Asexuality : A Mixed-Methods Approach ». Archives of Sexual Behavior 39

Advertisements

Une réflexion sur “L’article de Sexpress : Qu’est-ce que l’asexualité ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s