Asexualité =/= antisexualité

Il y a quelque jours, la gestionnaire du blog « Fuck Yeah Sex Positivity » sur Tumblr a répondu à un contributeur anonyme qui lui demandait : « Pourquoi est-ce que tu postes des trucs asexuels sur un blog SEX POSITIF » ? Sa réponse m’a tellement plu que je vous en traduis un morceau et puis après je fais deux ou trois commentaires :

Question : Pourquoi est-ce que postes des trucs asexuels sur un blog SEX POSITIF  ?

« Parce que, cher anonyme, être pro-sexe ou sexe-positif, ça ne veut pas dire passer sous silence ou humilier les personnes asexuelles.

En fait, je crois qu’il faut avoir cette discussion.

Je pense qu’on a besoin de plus d’infos sur l’asexualité dans le mouvement pro-sexe. On aime beaucoup répéter dans notre mouvement que : « le sexe est magnifique et naturel et que tout le monde veut du sexe et il n’y a rien de honteux là-dedans.

Et je suis d’accord, il n’y a aucune raison d’avoir honte. Mais il y a quand même un petit détail à ne pas oublier : tout le monde ne veut pas du sexe. Tout le monde n’en tire pas du plaisir. Et elles et ils sont approximativement 1% de la population. Avec 7 milliards d’êtres humains, 1% ça fait 70,000,000. Et soixante-dix millions d’expériences, ça fait beaucoup à passer sous silence.

[…]

Et je ne vois pas où est le problème avec ça. Être pro-sexe, pour moi, c’est accepter les sexualités, quelle qu’elles soient, du moment qu’elles ne font de mal à personne. Peu importe que vous ayez cent mille kinks, ou que vous n’aimiez que la position du missionnaire. Peu importe que vous soyez gay, straight, bi, pan, sapiosexuel-le, auto-sexuel-le, objectumsexuel-le, ou asexuel-le. La relation que vous avez au sexe et à l’attirance sexuelle est valide et normale du moment qu’elle ne fait de mal à personne.

Et c’est pour ça que je poste du contenu asexuel sur mon blog pro-sexe. Et c’est pour ça que je vais continuer à le faire. »

Bon première chose : ❤ ❤ <3. Tellement bien dit, tellement sec et tellement efficace. Et on sent tout le mépris dans la question anonyme (tout est dans les majuscules). Et elle y répond juste brillamment.

Voilà, ça c’est pour les fleurs. Deuxième chose : je suis, on est, on est vraiment un sacré paquet à être PRO-SEXES dans la communauté asexuelle. Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus et se faire plaisir avec des chiffres, c’est ici. C’est peut-être parce qu’un tiers d’entre nous ont ou voudrait avoir des relations avec des personnes de même genre. Ou peut-être parce qu’une partie d’entre nous se sont identifiées comme lesbiennes ou gays par le passé. Ou bien c’est parce que les espaces asexuels sont des endroits tellement libres pour discuter des identités de genre. En fait, j’en sais rien, mais il y a une chose que je veux dire aujourd’hui : l’asexualité, ça n’a rien à voir avec l’anti-sexualité. Rien.

Et je vais même aller plus loin. La sexualité obligatoire, l’impératif, l’obligation de pratiquer la sexualité est profondément anti-sexe. L’idée que tout le monde est ou devrait être sexuel et que, si par malheur, on ne l’est pas, c’est qu’on est malade, c’est qu’on est frustré, c’est qu’on doit faire un blocage. Que si on n’est pas sexuel, c’est qu’on est pas tout à fait une vraie personne, qu’on s’est arrêtée en chemin. Que si on n’est pas une personne sexuelle, alors on ne vaut pas grand chose et qu’avoir des relations avec nous, ça sert à rien. Tout ça, c’est tout simplement dégoûtant. C’est tout simplement anti-sexe.

Et c’est facile à montrer, si on comprend qu’être asexuel-le, c’est avoir une sexualité. Une (a)sexualité, si je peux me permettre. Et si on remplace le terme asexualité par sexualité, le problème saute aux yeux, comme dans ce petit exemple que j’ai préparé rien que pour vous :

Non, la sexualité n’est pas un état inférieur. Non, la sexualité ne donne pas d’indication sur la santé mentale des personnes. Non, la sexualité ne doit pas être soignée. Non, la sexualité n’est pas quelque chose d’anormal. Non, je ne suis pas une personne incomplète à cause de ma sexualité. Non, on n’a pas le droit de faire pression sur les personnes pour qu’elles changent de sexualité. Non, la sexualité n’est pas dangereuse et en particulier, elle ne va pas entraîner une régression des libertés.

Vous êtes d’accord ? Moi aussi ! Mais il faut aller jusqu’au bout (et pis en plus y’a homophonie, si c’est pas génial…)

Non, l’asexualité n’est pas un état inférieur. Non, l’asexualité ne donne pas d’indication sur la santé mentale des personnes. Non, l’asexualité ne doit pas être soignée. Non, l’asexualité n’est pas quelque chose d’anormal. Non, je ne suis pas une personne incomplète à cause de mon asexualité. Non, on n’a pas le droit de faire pression sur les personnes pour qu’elles changent de sexualité. Non, l’asexualité n’est pas dangereuse et en particulier, elle ne va pas entraîner une régression des libertés.

Publicités

2 réflexions sur “Asexualité =/= antisexualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s